Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 11:23

Voilà une semaine, la fine équipe des Paco’s décollait de Lyon pour se rendre à son PWE annuel à Megève, pour sa 9e édition, 9 ans d’ailleurs après la première, au même endroit… Après un rendez-vous « usine à gaz » en bas de chez Nico PACO, lequel faisait montre de toute sa dextérité à agencer sa voiture « individuelle » avec les bagages, les PACO’s se retrouvaient d’abord en Z.I. chambérienne… Le temps d’attraper quelques Big-Mac et autres sundaes (sans caramel, ni cacahuètes parfois…), ils repartaient vers l’Intermarché de Praz-sur-Arly pour des courses bien pensées en amont…

 

L’arrivée offrit son premier lot de surprises : à l’adresse indiquée, pas le moindre « chalet B » mais une enseigne « O….ki », agrémentée de deux autres plus intrigantes mentionnant le Consulat national du Bénin et du Congo… Phil PACO cherchait déjà la machine à b... N’écoutant que leur courage - qui ne leur disait rien du tout - c’est finalement une bien jolie donzelle (N.), trop habillée mais pas assez pour cacher ses mensurations parfaites, qui leur ouvrit la porte du chalet… Les Paco’s commençaient à sentir le plan foireux… La sensation fut renforcée au fur et à mesure : empruntant d’abord un long couloir rempli de photos de stars et starlettes en tout genre (où un petit brun mal rasé, dégarni et portant excessivement mal le smoking apparaissait régulièrement… tout comme notre hôtesse, plus ou moins (dé)vétue), les Paco’s découvraient leurs dortoirs…pour enfants, un tapis de jeu et une centaine de peluches agrémentant la pièce…

 

N'y tenant plus, Pito, Ju, Phil et PM PACO - pour ne citer que les plus propres de l’équipe - commençaient à imaginer une soirée un peu compliquée avec les ami(e)s de notre hôtesse : Alexandra, Irina, Anastasia… Xsara, Xanthia et… Picasso, pour la marge d’erreur. Invités à prendre un thé à la menthe, les Paco’s découvraient peu à peu cette maison gigantesque un peu étrange, décorée de tableaux plus ou moins obscènes… Malgré leurs tentatives itératives de comprendre à peu près quels étaient les espaces « individualisés » et « communs » de la demeure, jamais ils ne parvinrent véritablement à leurs fins, au grand dam des juristes de l’équipe, un peu dubitatifs, voire légèrement angoissés… A coté, de nouveaux hôtes arrivaient, plaintifs. Le ton était donné, d’autant que notre liquidé judiciaire - jet-setteur, E.C., pointait pour la première fois le bout de son nez, épaississant encore davantage le mystère…

 

2 bouteilles de rouges avalées, il ne fallait cependant pas traîner, un restaurant d’altitude attendant les Paco’s à Combloux dès 19 h 30… Un peu en retard (Ju PACO ayant eu quelque mal à assimiler la nécessité d’enfiler son pantalon de ski pour l’occasion), les Paco’s arrivaient néanmoins à bon port en bas des pistes, où chenillettes et autres motoneiges les attendait pour grimper au « Chalet des Bachais »… Montée spectaculaire, à grande vitesse, sous la pleine lune : arrivés sur place, les Paco’s partageaient une bière en découvrant un panorama somptueux sur le massif du Mont-Blanc et des Aravis. Au menu, fondues et une unique tartiflette (pour le régional de l’étape), le tout dégusté dans la bonne humeur, la conversation tournant naturellement autour du « Pénélope gate » et des interviews de E.C glanés sur Internet : « j’aime les femmes » nous disait notamment le poète désargenté, qui se voyait déjà prêter, par les médias (la vérité est ailleurs ?), quelques aventures féminines de haute voltige et des fréquentations quelque peu douteuses (et pas uniquement des stéphanois)…

 

Point d’orgue de la soirée : la descente en luge à la frontale de l’ensemble des clients du resto. Drivés par un savoyard aussi souriant que Bernard Cazeneuve, les Paco’s haranguaient d’abord la foule (Aouh… Aouh… Aouh, aouh, aouh) puis le benjamin du convoi, le petit Tiago… S’en suivaient 45 minutes d’une descente énorme à pleine vitesse où, notamment, PO PACO se distingua par la gamelle de l’année… l’hôpital de Sallanches, en contrebas, n’était pas loin.

 

Tout juste remis de leurs émotions, les Paco’s partaient à l’appart de PO PACO se changer et partager une petite bouteille de champ’, comme à la maison. Ju PACO venait enfin de comprendre à quoi avait servi son pantalon de ski et recommençait à prendre des couleurs en remettant son jean et sa chemise de clubbing… Nico gravitait, nostalgique, dans les couloirs de l’appartement, tandis que Parpin PACO débutait une séance d’aérophagie ; Phil PACO constatait, dépité, qu’il avait oublié son jean blanc pour être « ton sur ton ».

 

Pas le temps de s’appesantir, une tournée des bars dans le centre de Megève s’improvisait rapidement, après avoir bien entendu, pour l’occasion, improvisé une petite bataille de clémentines sur le parking … Un petit tour « Aux jumeaux », malheureusement sans les juments / jumelles, puis à la boite de Jazz le « 5 rues », le temps d’avaler deux bouteilles de gin (c’est vraiment bon…), d’entendre un bon batteur, un mauvais chanteur et une reprise affreuse d’Oasis… Pendant ce temps là, Nico PACO tentait de soudoyer le HOP pour qu’il lui file sa chemise ; Parpin PACO parlait une bonne heure avec le serveur le plus fainéant d’Europe ; Ju PACO tentait quant à lui d’obtenir un texto du lendemain (« En fait, t’as oublié de prendre mon n° hier »). Tout ce beau monde sortait finalement de la boite de jazz, y compris PO PACO qui se faisait légèrement bousculer par le videur après une sombre histoire de balayette à chiottes. Tof PACO, quant à lui, s’en sortait indemne pour la 3e fois en 15 ans. Un petit tour un peu décevant au Palo Alto où la sensation de « station morte » se confirmait un peu et les Paco’s remontaient à petite foulée vers leur chalet…où tant de « lâchers » - nous ne l’apprendrons que plus tard - avaient été organisés… Des rêves plein la tête, le cache-yeux Michou vissé sur la tête, c’est paisiblement que l’équipe s’endormait.

 

Le lendemain, c’est sous une sombre odeur (Parpin PACO ? Les canalisations ?) que PO et Tof PACO se réveillaient presqu’aux aurores pour attaquer la piste, tandis que le gros de l’équipe (non pas Ju, c’est une expression) préférait pioncer un peu. Sous un franc soleil et une jolie neige, le monoskieur et le free-rider prenaient cependant rapidement la mesure de leurs limites physiques… à quelques kilomètres de là, au chalet des mystères, Phil, Ju, PM, Nico, Pito et Parpin PACO apprenaient - sans avoir posé d’ailleurs de questions - les rudiments de la fraude fiscale et du commerce des diamants, notre hôte profitant d’ailleurs de l’occasion pour livrer - sans qu’on l’y ait poussé, une nouvelle fois -, en autobiographe, quelques chapitres de son existence (passée).

 

Toute l’équipe se retrouvait finalement à La Caboche au milieu des pistes. C’est là, affalés sur les transats, qu’ils contemplaient d’abord, certainement émus par le gin de la veille, les premiers coups de spatules de la fille d’une connaissance… N’hésitant pas à brûler deux calories pour s’installer à table, l’équipe découvrait à la carte les tartares et autres andouillettes les plus chers d’Europe, ce qui n’était pas pour déplaire au financier de l’équipe. Dans la bonne humeur, les sujets de conversation croisaient les salières, bouteilles et autres tubes de ketchup. Nico PACO, un brin musical se lançait dans les reprises (… je m’offre une parenthèse, un sushi : je marche seul !) tandis que le HOP, davantage porté sur le 7e art, suggérait de convoquer l’inspecteur Cheval dans de brefs délais au chalet.

 

Après quelques douches dans les rares salles de bain, et un soin anal au coton, les Paco’s, avec leur costume, débutaient progressivement leur soirée de gala… E. C. se lançait dans la narration de quelques nouveaux chapitres de son existence, à coup d’anecdotes monégasques sur la vie débridée d’A2 notamment, le tout finissant par la morale suivante « La vie, c’est ce qu’on n’y met »…Nul ne l’aurait mieux dit.

 

Une énonciation d’abord de la grille de l’année 2017 où çà floutait pas mal puis le décompte des points de l'année 2016… Un très joli finish et une Paco’s enveloppe de René permettait finalement à PM PACO de coiffer aux poteaux Parpin PACO et de s’emparer pour la première fois du « précieux ». Un brin ahuri, un brin amusé, franchement heureux, le nouveau gagnant mi bossu - mi hyène soulevait la coupe, bientôt remplie de champagne… Un board élu pour la première fois depuis fort-fort lointain, toutes les bouteilles sifflées, un get-perrier pour la route, les Paco’s décidaient précisément de l’emprunter pour se rendre au plus joli spot festif, selon E.C. (Allez « chez Nano… »), de Megève… Accueilli par le voiturier, fumoir sympathique (qui ne servait finalement à rien), les Paco’s étaient dans leurs éléments à La Sauvageonne… c’est tranquillement, sans éclat mais avec beaucoup de signes d’amitié sérieusement administrés qu’ils y terminaient la soirée… Phil, PM, PO, Ju et Tof PACO se fendaient d’une dernière pizza et d’un verre de l’open-bar d’E.C, en compagnie de N. et d’une auvergnate d’origine aux bas singulièrement visible…

 

C’est finalement « on-time » que, le lendemain, les Paco’s reprenaient tristement la route du retour pour un dernier baroud d’honneur à la Brasserie Georges… PO s’imaginait notaire vissé le cul sur sa chaise en pantalon de costard troué, tandis que l’œil de Phil PACO tournait à la vue de sa choucroute…Les Paco’s se séparaient finalement en début d’après-midi… pour peu de temps.

 

Le lendemain, le souvenir à peine éteint, ils devaient en effet se retrouver pour un autre genre de communion…

 

(A Jacques)

 

 

Tof HOP PACO

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ¨Paco's - dans Paco's week-end
commenter cet article

commentaires

Une de L'Equipe du jour...

 

Palmarès

 

2016  

1er : PM PACO                                

2e : Parpin PAC0                         

3e : Nico PAC0   

 

2015                                  2014                                   

 

1er : Parpin PACO                   1er : Tof PACO

2 : Nico et Pito PAC0                2e : Phil PACO

3e : Tof PAC0                       3e : Nico PACO                        

 

2013                                          2012

1er : Tof PACO                      1er : Phil PACO                                   

2ème : Pito PAC0                    2ème : Tof PACO                           

3ème : Nico PAC0                   3ème : Nico PACO                    

 

2011                                             2010                   

 

1er : Phil PACO                                 1er : Ju PACO

2ème : Tof PACO                               2ème : Tof PACO
3ème : PM, Pito & Nico PACO                 3ème : PM & Pito PACO

 

2009:                                            2008 :

1er : Ju PACO                                  1er : Nico PACO
2ème : Pito PACO                               2ème : Tof PACO
3ème : PM PACO                                3ème : Pito & Phil PACO

 

 

PRIX M. JACKSON                                            PRIX CORBIER

- 2016 : Non attribué                                           - 2016 : PM PACO

- 2015 : Non attribué                                           - 2015 : JU PACO

- 2014 : Pito PACO                                              - 2014 : JU PACO

- 2013 : Non attribué                                           - 2013 : PM PACO

- 2012 : Non attribué                                           - 2012 : Pito PACO

- 2011 : Nico PACO                                             - 2011 : Tof PACO

- 2010 : PM & Pito PACO                                    - 2010 : Tof PACO

- 2009 : Pito & Ju PACO                                     - 2009 : Phil PACO

 

PRIX COLUMBO

- 2016 : Nico PACO

- 2015 : Pito PACO

- 2014 : JU PACO

- 2013 : Pito PACO

- 2012 : Tof PACO

- 2011 : Ju PACO